Annarion : Renaissance
Eh toi ! T'as rien à faire ? NON ! Tu n'as rien à faire je le vois bien, allez ! Viens t'inscrire et passe un bon moment l'ami o.o



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Attaquer au coeur du sujet...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Temekis
Brûle-Pensées
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 26

Votre Personnage
Race: Triclante
Metier: /
Bourse:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Attaquer au coeur du sujet...   Sam 3 Oct - 14:24

Temekis avait quitter les plaines froides qui l'habitaient autrefois. La rage et la colère collaient a sa peau comme la misère sur le monde. Ses actions habituellement si réfléchit se réduisait maintenant a des instincts primaire, a une vengeance sourde et froide qui ne lui laissait d'humain que les quelques traits qui dessinait son corps.

La trinclante avait toujours été clémente, a contrario de ses soeurs, mais aujourd'hui, elle serait pire que toute celles-ci réunit. Et aucun innocent ne verrait dans son regard l'ombre d'un regret ou d'une hésitation.

L'assassina de celui qui avait décidé de la "libérer" la laissait démente. Elle ne devait sa présence sur terre qu'a sa propre capacité a tenir la mort latente, a empêcher l'esprit de Legord de s'éteindre, dès lors il restait en elle comme une petite chandelle dans son esprit, a la flamme vacillante qu'elle tentait de garder lumineuse.

Elle avait quitté les pics enneiger rapidement après avoir mis le corps du "défunt" en sécurité, descendant dans les pleines et les villages, ou elle semait le carnage. Elle avait descendu le continent en suivant le cours d'eau qui le traversait, tantôt sous forme d'une épaisse brume, asphyxiant la vie sur son passage, tantôt sous sa forme "humaine" mais dont les caractère animaux qui la parait habituellement étaient exagérer. Son corps était celui d'un monstre prêt a faire naitre l'horreur dans le regard des villageois qu'elle tétanisait sans discernement.

Poursuivant sa course meurtrière, elle arriva a un lieu enchanteresque, mais son esprit colérique ne pouvais percevoir la beauté du lieu.
Une caravane de voyageur s'était installé en aval, autour du lac dans lequel s'écoulait la gigantesque cascade. Elle les observaient du haut. Les meurtres successif de paysant n'avaient pas réussit a calmer son coeur. Ils étaient coupables... Coupables, tous autant les uns que les autres. Coupable de vivre sans liens pour les entraver et coupable d'avoir détruit le seul lien qui ne l'étouffait pas...

Le vent soufflait sur les arbres en haut de la falaise, et les cheveux désordonner de la triclante battaient le vent. Une brise légèrement plus importante que les autres emporta la légère ombre distinguable du bas.Son corps devint une brume dense que le vent eut tôt fait de disperser; la soustrayant ainsi au regard de ses prochaines victimes...

Quand elle réapparut, elle se trouvais a quelques centaines de mettre du camps, sa queue se balançait dans l'air, trahissant sa nervosité, ou plutôt était-ce son excitation... Des gamins jouaient la, et quand ils la virent, ils s'interrompirent, impressionné, voir effrayer par l'étrange créature qui se dessinait sous leur yeux.

Ils avaient arrêter tout mouvement, comme ne sachant pas s'il valait mieux courir ou rester immobile. Elle les fixait a son tour, sa queue bâtant toujours derrière elle. Elle lui permettait d'avoir un équilibre bien plus important qu'un autre bipède; mais la n'était pas la question. Elle sonda le lieu, étendant sa conscience aux alentour proche, rencontrant l'esprit des garçons. Il n'y avait personne d'autre avant le village. Elle ne risquait pas d'être déranger.

D'un coup, son visage se transforma, son nez se retroussait dans une expression menaçante, alors que sa bouche ouverte laissait apparaitre des crocs en nombres impressionnant.


"Ssshhhhhh"

Le visage des enfants se décomposa, alors que la méfiance cédait sa place a la panique. Alors qu'ils se mettaient a courir, d'un bond elle les eut rejoins. Elle n'épuisait même pas son esprit a donner d'autre illusion que celui de son corps; ces gamins étaient frêle et elle parviendrait sans mal a se défaire d'eux.
Attrapant le premier qu'il lui passa sous la main, elle le saisit avec une violence remarquable. Ses crocs vinrent arracher la gorge du pauvre enfant. La vie le quitta rapidement alors que son sang se répandait sur le sol a large flot.

Puis vint le second, il était légèrement plus vieux que le premier, et plus fort également, mais elle le plaqua sans peine sus le sol; ses genoux coinçant ses bras, et ses pieds ses jambes. Sa queue habile s'était saisit de la cheville du dernier, l'empêchant de fuir, alors qu'il tentait de se dégager en la griffant; d'un mouvement, elle le suspendit, l'empêchant de l'agresser.

Son attention revint sur celui qu'elle tenait, immobile au sol. Il pleurait, de panique, tout en gigotant. Suppliais même. Un spectacle pathétique au possible.


"Ssshhh Shhhh.... Pas pleurer... Quelle image veux tu que tes paires garde de toi? Celle d'un couard qui s'est abaisser dès que la mort est venu le chercher? Ou celle d'un courageux garçon qui a braver celle ci le regard droit."

Il fermait les yeux, contractait ses muscles comme si arrêter de la regarder pouvais atténué sa peur.

"Regarde moi.... REGARDE MOI!"

La voix terrifiante de la triclante l'obligea a obéir, ses yeux étaient parcourut de larme.

"Voit comme je suis clémente, car je vais t'apprendre quelque chose..."

Elle approcha son visage un peu plus prêt du siens, alors qu'il fermait de nouveau les yeux, puis dirigea ses lèvres vers son oreille, susurrant quelques paroles sur un ton doucereux.

"Qu'importe ce que les autres pensent de toi... Tout ce qu'il importe... c'est de vivre. Mieux vaux la gloire ou l'infamie que de sombrer dans l'oubli quand nous quittons ce monde."


Elle se redressa, la peur semblait avoir quitter le visage du jeune garçon. Il se savait mort et ne pouvais rien y changer. Par respect pour cette prise de conscience, elle ne fit pas durer le supplice plus longtemps, plongeant ses griffes meurtrière dans la poitrine de l'enfant, déchirant l'organe qui le maintenant en vie. Il s'éteignit dans un souffle.

Elle se releva, le corps qu'elle maintenait sous elle avait arrêter de lui opposer résistance. Elle retourna alors vers le dernier, qui pendait au bout de sa queue.


"Ce sera bientôt finit..."

Elle ne croyait pas si bien dire... Alors qu'elle l'approchait d'elle pour terminer son oeuvre, une nouvelle présence se fit sentir. Dans sa vision du monde et des esprits, celui qui venait d'entrer dans son champ de "vision" rayonnait tel un soleil. Dans son état actuel, elle ne pouvais craindre personne, mais cela l'intrigua suffisamment pour qu'elle s'interrompt. Se mettant a couvert des bois, plaquant une main sur la bouche du dernier; mais laissant pourrir au soleil le cadavre des deux autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcante Adahi
Maître de l'Ether
avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 25

Votre Personnage
Race: Elfe
Metier: Aucun
Bourse:
146/150  (146/150)

MessageSujet: Re: Attaquer au coeur du sujet...   Sam 3 Oct - 15:50

~°~


Il faisait froid, et Alcante marchait péniblement au milieu des plaines désertes du nord d'Evoe. Le vent poussait de larges bourrasques contre lui alors que la neige à ses pieds rendait ses membres durs comme la roche. Entouré d'un large pagne en coton brun, il tentait de préserver le peu de chaleur que le tissu lui procurait. Le voir ainsi, perdu au milieu d'une étendue blanchâtre et menaçante, était presque improbable. Comment un mage pouvait il se laissait battre par les éléments de cette façon ?

La réponse n'avait de sens que pour le jeune Elfe qui chaque année traversait ces mêmes plaines, vêtu du même pagne. C'était pour lui un pèlerinage qui lui permettait de comprendre comprendre combien sa condition d'Elfe était frêle et si minuscule devant la grandeur des éléments. Un simple homme devant la grandeur de l'univers entier. Ce dur voyage qui pouvait parfois durer plusieurs semaines était certainement plus important aux yeux d'Alcante que quoique ce soit d'autre, il avait beau être l'un des êtres les plus puissants d'Annarion, l'humilité restait pour lui la plus grande des vertus. Et ainsi marchait il depuis plusieurs jours déjà au milieu des plaines du nord...

~°~


Dans quelques jours il allait pouvoir rejoindre la douce chaleur des terres centrales, il connaissait un vieil homme qui habitait l'un des villages de voyageurs non loin, sûrement allait il lui rendre visite. Au loin l'horizon se tachait de larges voiles orangés, le soleil allait se coucher et la nuit prendrait bientôt le relais. Alcante devait continuer de marcher, quoiqu'il arrive, il suffisait de rester immobile quelques minutes pour que la mort étrangle le premier venu.

Bientôt le ciel reprenait sa véritable nature, disparaissait le tissu bleuté pour laisser paraître la profondeur immense du cosmos et de ses milliers d'étoiles. C'était un rêve inaccessible pour le jeune Elfe, voyager au delà de l'horizon, disparaître au dessus du monde et s'enfoncer toujours plus profondément dans les mystères de l'univers, qu'était il au delà du ciel et de la mer ? Plus loin que les frontières les plus reculées, au delà de toute chose connue, Alcante savait que la merveille reluisait...

~°~


Et l'horizon pâlit, l'astre de feu reparaissait au loin et le jour faisait briller la neige sur le sol. Celle ci s'éteignait bientôt pour laisser place à une terre froide, sur laquelle poussaient péniblement de petites herbes vertes et grasses. Alcante quittait les plaines du nord et prenait la route vers les terres du milieu. Il lui restait quelques jours de marche avant de rejoindre Deveo d'où il prendrait l'Eveth ou le train pour Pretha. Qu'importe, il n'avait pas l'esprit à cela pour le moment.

Ses pas le guidaient lentement vers les bois espacés qui poussaient indolemment au milieu du continent, ces forets larges et épurées étaient un endroit magique que peu de gens appréciaient à sa juste valeur. Sûrement à cause des nombreuses créatures qui hantaient les lieux. En effet, une faune sauvage et féroce s'y était développée, certains racontent même que des expériences ratées des Avhäs s'y seraient installées. Alcante marchait au milieu des quelques dizaines d'arbres, ceux ci étaient éparpillés sur plusieurs kilomètres et avaient tendance à se densifier plus l'on avançait vers le sud.

~°~


Enfin les forêts se montraient, Alcante posait quelques minutes son pagne au sol, observant avec piété le paysage presque paradisiaque qui s'offrait à lui. Des horizons clairs et dégagés tranchés par de larges troncs d'ébène, une herbe grasse et dense qui formait comme un coussin de douceur sous les pieds endoloris par le voyage du jeune mage. Il s'étira et reprit lentement le chemin à travers les bois clair, la chaleur était juste comme il fallait et un fleuve coulait silencieusement quelques mètres plus loin.

Il s'approcha de l'eau claire, en bu un peu et reprit la marche vers les cascades quelques kilomètres plus loin. L'on sentait déjà les vaporisations de l'eau tombant dans le lac en contrebas, aucun bruit ne venait perturber la quiétude du jeune homme. Ses mains dessinaient dans l'air quelques volutes d'éther qui se dissipait aussitôt.

Et alors qu'il s'apprêtait à descendre vers le lac, une étrange aura fit son apparition dans son champ de perceptions. Il s'immobilisa, localisa l'étrange énergie et se dirigea sans hésiter vers elle. Ce n'était ni une humaine ni une Elfe et pourtant elle avait quelques particularités d'un être vivant. Le jeune mage plongea vers le lac et usa de sa magie pour toucher le sol silencieusement, plusieurs mètres plus bas.

Il y avait une caravane de voyageurs plus loin, et étrangement pas un bruit, pas un homme ni une femme. Plus loin encore Alcante pouvait sentir la mort vibrer, il s'approcha quelque peu et pu apercevoir deux corps d'enfants baignant dans leur sang. Et l'énergie étrange se faisait plus forte.

Le mage déposa son sac au sol, fit un tour sur lui même en scrutant les lieux. Rien. Elle était là, cachée. Il prit une longue respiration, et alors que ses cheveux s'éclaircissaient il aiguisait sa perception, retrouvant rapidement le centre de l'aura qui enveloppait les lieux. Il pointa son bras vers les bois sombres qui s'étendaient un peu plus loin et y projeta une large onde d'éther qui vint mettre à nu la Triclante qui se camouflait derrière les larges végétaux.

Alcante resta muet quelques secondes, et alors que la créature sortait de sa cache, il fronçait les sourcils en déclarant assez fort pour qu'elle l'entende.

« Qu'avez vous fait à ces enfants ? Et au reste des voyageurs ? »

Sa voix était froide, impassible, on aurait pu croire que la mort de ces enfants ne l'affectait pas plus que ça...


~°~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annarion.1fr1.net
Temekis
Brûle-Pensées
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 26

Votre Personnage
Race: Triclante
Metier: /
Bourse:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Attaquer au coeur du sujet...   Sam 3 Oct - 17:02

La forme avait fait son apparition dans le champs réel de vision de la triclante. Une silhouette mince s'était détaché du font vert des arbres. Il entachait ce monde sanglant par sa beauté. Et même si cette notion était toute relative chez l'esprit, elle ne pouvais qu'admirer les traits sans défaut de l'être qui se présentait a elle.
A son approche, elle senti remuer le paquet qu'elle avait dans les bras, mais sa main continuer d'étouffer tout bruit. Elle resserra un peu plus son étreinte sur lui. Qu'aurait elle put lui dire? De se taire ou il allait mourir? C'était l'intention première... Cette menace aurait été ridicule.

Elle le détailla en silence, alors que l'homme avait posé son sac. Elle suivait du regard chacune des courbes gracieuse de ses muscles saillant. L'homme n'était vêtu que d'un pagne, ce qui était plutôt intriguant, dans la mesure ou il n'y avait qu'elle ici qui était si court veut, ne craignant pas la morsure froid. Son regard remonta jusqu'à son visage, et notamment a ses oreilles. Pointues.. fines... Instinctivement elle toucha l'une des sienne de sa main libre. Elle se souvenait avoir choisit cette forme la après avoir observer un de ces groupes d'homme un peu particulier. Elle se rappelait: un elfe.

Mais cette nature n'expliquait en rien la puissance qu'elle sentait dans l'air, hors de la sienne. Et lorsqu'il posa le regard sur sa cachette, son sang se glaça, du moins il l'aurait fait. Comme s'il voyait au travers de la matière. Inconsciemment, elle resserra un peu plus sa prise sur l'enfant, l'étouffant presque. Le changement de couleur des cheveux de l'individu n'avait rien de normal. Et par instinct, elle s'éloigna légèrement de l'arbre derrière lequel elle se trouvait.

Temekis vit arriver l'onde bien avant que celle ci ne la frappe. C'était comme une masse d'énergie qui s'était rassembler dans son porteur, avant de se projeter dans sa direction, s'étendant plus elle avançait.
Pour éviter de la recevoir de fouet, Témékis s'accroupit, de profil, s'enroulant autour du gamin qu'elle tenait contre elle, le protégeant par la même, sans vraiment s'en soucier. L'onde passa sur elle sans la frapper, comme si la n'était pas le but de l'attaque. Quand celle-ci fut passé; elle se releva, constatant avec surprise l'étendu des dégâts.

Il n'y avait plus rien entre elle et l'elfe. Les arbres semblaient avoir été pulvériser, non pire que cela, aucun débris, c'était comme s'ils n'avaient jamais exister. Se dépliant, la triclante posa un oeuil légèrement inquiet sur l'auteur de cette prouesse.

« Qu'avez vous fait à ces enfants ? Et au reste des voyageurs ? »

Un léger sur-élèvement de sourcils anima son visage. La question semblait étrange, alors qu'elle avait encore contre elle le dernier des enfants vivant, une main griffue plaquer sur sa bouche. Ses pieds ne touchaient pas le sol.

Son visage n'était plus celui du monstre qui avait effrayer les enfants, il avait reprit une forme plus humaine, mais ses traits étaient toujours animé d'une rage profonde, et d'un désarroi grandissant. Elle ne répondit pas de suite, cherchant ses mots, car une petite voix dans sa tête lui disait qu'elle avait intérêt a faire attention a ce qu'elle disait...

Elle s'approcha de quelques pas, balançant sa queue de droite a gauche.

"Je leur ai donner la liberté qu'ils méritent... Pauvres créatures prisonnières de la chaire..."

Elle tourna la tête, jetant un coup d'oeuil au corps inertes des garçons. Elle espérait que le nouveau venu n'aurait pas attirer l'attention des autres voyageurs, elle ne souhaitait pas avoir a combattre sur plusieurs front. Elle fixait le regard de celui qui la dévisageait sans crainte, alors que devant elle, tous semblaient fuirent.

Sans le quitter des yeux, elle étendit sa conscience vers lui. Sa puissance l'aveuglait presque. Elle effleura son esprit. En toute connaissance de cause, Temekis savait que la manière de communiquer des triclante était inconnu aux hommes, c'était ce qui faisait sa force, mais malgré cela elle se méfiait.
Elle tenta de percer son esprit, de grande barrière y était installer, mais elle finit par les contourner, propre a sa manière.

Elle eut la vision de quelques pensé, quelques images floues de souvenir, mais n'eut pas le temps de s'aventurer plus loin alors qu'une immense vague la repoussait, violente. Temekis rompit immédiatement le contact, elle eut même eut peur un instant que ce puissant esprit se retourne contre elle, et que ce ne soit plus elle l'investigatrice mais lui. Cependant il ne semblait pas être capable de pénétrer son esprit si elle ne maintenait pas elle même le contact entre eux deux.

La surprise lui avait faire relâcher prise sur le corps de l'enfant. Il glissa au sol, et dès que ses pieds le touchèrent, pris la fuite. S'en apercevant, elle tendit une main pour le retenir mais en vain. Elle ne lui donna pas la chasse. Pas maintenant, pas devant ce prédateur si inquiétant.

"Shhhh!"

Elle retourna un regard sur l'elfe. Le gamin allait donner l'alerte.

"Pour le reste des voyageur... vous allez bientot le savoir. Mais si j'était vous, je ne resterait pas ici pour le découvrir... Si on vous trouvait sur le lieu de ce terrible... accident. Je ne donne pas chère de votre peau. Les humains ont un point commun intriguant... Ils deviennent tous enragé et particulièrement désagréable quand il s'agit de leur progéniture..."

D'un signe de tête, elle conclut sa phrase, se laissant doucement porter par le vent, devenant peu a peu brume pour disparaitre du lieu du carnage.
Elle réapparut plus loin, suffisamment pour qu'on ne la trouve pas. Elle espérait être debarrassé de cette histoire; mais cette lumière qui effleurait sa vision, lui indiquait qu'elle n'était pas prête a pouvoir disparaitre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcante Adahi
Maître de l'Ether
avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 25

Votre Personnage
Race: Elfe
Metier: Aucun
Bourse:
146/150  (146/150)

MessageSujet: Re: Attaquer au coeur du sujet...   Ven 9 Oct - 23:15

Il pouvait sentir toute la colère, la haine inconsidérée qui émanait de l'entité lui faisant face. Alcante s'approcha quelque peut, observant la Triclante face à lui, une pointe de fascination dans le regard. Ce n'était pas la première Triclante qu'il croisait, le mage avait déjà eu l'occasion d'en affronter une particulièrement originale à Pretha mais celle ci était différente, on distinguait dans son champ d'énergie une part humaine plus importante que prévu, comme s'il résidait en elle une trace de son existence passée, dernier reliquat d'une humanité oubliée. Sa réponse fut lapidaire, comme sûre d'elle elle affirma pouvoir libérer ces enfants de leur prison de chair. Logique tout à fait digne d'un esprit me direz vous.
Elle le fixait, le mage sentit l'aura s'étendre vers lui, touchant légèrement son crane avant d'être repoussée. Elle lâcha l'enfant, le regard étonné. Et alors qu'elle reprenait ses esprits l'invocation démoniaque déclara :

"Pour le reste des voyageur... vous allez bientôt le savoir. Mais si j'étais vous, je ne resterait pas ici pour le découvrir... Si on vous trouvait sur les lieux de ce terrible... accident. Je ne donne pas cher de votre peau. Les humains ont un point commun intriguant... Ils deviennent tous enragés et particulièrement désagréables quand il s'agit de leurs progénitures..."

Alcante resta silencieux, observant le spectre se défaire de son apparence physique pour rejoindre un point plus haut de la région. Un choix devait être fait, le jeune Elfe devait il poursuivre la Triclante ou tenter de rendre la vie aux deux victimes qui se vidaient de leur sang plus loin. Le choix fut vite fait, le mage détacha son regard de l'esprit et s'approcha à grands pas des deux corps morts qui gisaient au sol. Sortant une fine fiole de son sac, Alcante versa une poudre blanche sur la gorge arrachée du premier corps, puis sur le trou béant dans la poitrine du second. Celle ci s'agita un instant avant de prendre la couleur et la forme du corps des deux enfants, prodige de l'alchimie étherique dont seul Alcante connaissait les secrets. Bien que les organes détruits furent tous reconstruits, la Vie ne pouvait réintégrer ces chairs vides qu'une fois les âmes de défunts revenues sur Terre.

Le mage se leva, observa un instant la Triclante plus loin, et plantant avec force une roche bleutée dans le sol déclencha une sorte de tempête d'éther, tournoyant telle un cyclone autour des deux corps. Le mage passait ses mains dans le flux de particules, tentant de les garder stables. Et alors que la densité de l'éther augmentait de façon fulgurante deux ondes fendirent le ciel pour venir frapper de plein fouet les deux corps au sol, ceux ci rebondirent sous le choc avant de retomber tout aussi lourdement au sol. Le nuage d'énergie entraina une masse encore plus importante d'éther en son centre, s'engouffrant dans les deux masses de chair. Et alors que les dernières volutes bleues disparaissaient sous la brise nouvelle, les deux enfants s'animaient doucement...

L'elfe tourna alors son visage vers la Triclante, elle n'était plus visible derrière les épaisses végétations mais son aura était encore parfaitement claire pour le mage. Celui ci pointait son regard droit vers elle, pourquoi n'était elle pas partie ? Pourquoi restait elle tapie dans l'ombre ? Attendait elle qu'alcante quitte les lieux pour reproduire ses méfaits ?
Le jeune alchimiste s'approcha des deux jeunes gens encore sonnés par la puissante réaction qui s'était produite, s'incarner deux fois dans le même corps n'était pas agréable. Il s'approcha du plus lucide qui s'était levé et observait avec éffroi son ami à terre.

« Ne t'inquiète pas, il est juste un peu sonné, dans quelques instants vous pourrez repartir jouer vers la rivière. Tient prend ca, et garde le toujours autour du cou, ca te protègera toi et tes amis des méchants »

L'elfe tendit un collier de pierres bleues au jeune homme qui l'enfila sans attendre. La roche brilla un instant avant de revenir à son état d'origine. Alcante avait produit dans ces pierres de puissants enchantements de protection, ainsi le porteur de cette pierre et ses amis seraient constamment entourés d'une énergie consciente, les protégeant contre chaque menace.
La Triclante, si elle tentait à nouveau d'attendre les enfants, aurait du soucis à se faire contre l'alchimie qui les protégeait à présent.
Alcante se tourna ensuite vers les bois qui cachaient la créature. Il s'en approcha, ramassa son sac et s'enfonça dans les bois qui à cet endroit de la plaine étaient plus sombres que d'accoutumée.

« Que voulez vous ? Je sais que vous êtes ici ! »

Il lanca quelques sphères d'éther qui partirent dans toutes les directions à travers les bois, éclairant chaque parcelle d'herbe de l'endroit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annarion.1fr1.net
Temekis
Brûle-Pensées
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/09/2009
Age : 26

Votre Personnage
Race: Triclante
Metier: /
Bourse:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Attaquer au coeur du sujet...   Dim 11 Oct - 14:39

L'homme ne l'avais pas suivit de suite, et s'était penché sur les corps. Elle l'observait de loin, comme pour être sur qu'il n'y toucherait pas, mais s'en s'approcher. Elle sentait déjà les voyageurs s'affoler dans le camp a quelques centaines de mettre.
Sans comprendre elle sentait l'énergie de l'être s'épandre dans le ciel, ou était-ce l'inverse, elle ne savait pas trop. Était-ce lui qui tirait l'énergie de l'extérieur ou l'extérieur qui la tirait de lui... Cela n'avait pas d'importance, elle trouvais simplement qu'il s'approchait trop près de ce qui lui appartenait désormais.

Un mélange de colère et de stupeur l'envahit quand elle vit les corps inerte se relever. Une colère sourde brulait dans son ventre. Comment osait il? Il n'avait pas le droit, du moins pas dans sa pensée. Il s'appropriait quelque chose qui ne lui appartenait pas.

Elle entendait les mots qu'il prononçait comme porter par le vent. Mais il devait savoir que ce n'était pas un vulgaire objet chargé de magie qui l'empêcherait de prendre ce qui lui appartenait, auquel cas il la sous estimait. Elle les avait malmener physiquement, et si l'amulette pouvais l'agresser quand elle s'en approcherait, elle ne pourrait pas empêcher son esprit de s'insinué dans les leurs.
La magie n'avait pas cette conscience propre aux humains et créature consciente, de sorte que si le magicien n'était pas la pour les protégés, elle pourrait toujours trouver une faille.

Mais l'important n'était pas la, ou du moins pas maintenant. Ces enfants échappaient a la mort quand son compagnons lui s'enfouissait toujours un peu plus dans les limbes. Et le sentiment qui l'imprégnait était une colère mêle de curiosité, et peut être d'un peu d'espoir. L'elfe revint vers elle, se dirigeant vers l'espace ou elle se trouvais. Elle était perché dans un arbre, l'observant toujours sans oser l'approcher; la manifestation de sa puissance passé lui avait suffit.

Ses griffes de pied étaient enchâssé dans la branche, tandis qu'une main s'accrochaient a une branche supérieure, lui permettant un équilibre presque parfait.

« Que voulez vous ? Je sais que vous êtes ici ! »

Il avait lancé d'étrange boule de lumière qui éclairèrent la forêt sans la bruler. Etant dans les feuillages, elles ne dévoilèrent pas sa position, mais cela n'avait pas d'importance, puisqu'elle l'attendait.


"De quel droit as tu fait ça?!"

La voix semblait venir de partout a la fois, tant elle se répercutait entre les arbres. Elle sauta de son perchoir pour se retrouver face a face avec l'elfe. Elle atterrit a la façon d'un chat, souple sur ses jambes avec peu de bruit, sa queue lui ayant assurer un équilibre qui lui avait éviter de tombé. Celle-ci dresser, se rabaissa quand la triclante se redressa, gardant toujours quelque chose de sauvage, et l'inapprivoisé dans son attitude.

"De quel droit vous êtes vous appropriez quelque chose qui ne vous appartient pas!"

Sa tête penché de côté révélait a la lumière du soleil qui perçait a travers le feuillage, un regard troublant, qui n'était résolument pas humain, et pourtant, son expression semblait si empreinte de ce désespoir qui n'était pas familier des triclantes.

"Les gens meurent, que ce soit de vieillesse, de maladie, ou a cause d'un prédateur. C'est dans l'ordre des choses. Mais jamais ils ne reviennent a la vie. JAMAIS! C'est contre nature!"

Ces paroles coulaient comme un flot mais qui déservait sa cause, étrange peut être, cela dit, la triclante n'avait rien de "naturel" de faite, elle se fichait pas mal de vouloir elle même redonner la vie a un être. Elle coïnciderait qu'elle en avait le droit. Lui pas. Il n'avait aucun liens avec ces êtres, et se mettre contre la nature était un crime qu'il n'aurait pas dut proférer.

Les muscles de la triclante étaient tendu, et sa position prête a bondir, comme partager entre l'idée de lui sauté dessus et celle salutaire de lui poser la question qui la taraudait.

Comment avait vous put faire ca?...

C'était la question, mais elle ne franchit pas ses lèvres ni son esprit. Elle ne pouvais pas lui faire confiance. Non elle ne pouvais pas, de toute facon, elle ne pouvais faire confiance a personne. Après tout, la confiance était résoluement exclut de sa condition de triclante. Elle essayait de s'en convaincre, et pourtant il eveillait en elle une facination si intense qui lui intimait en son fort intérieur de ne rien tenter contre lui. Elle avait besoin de lui. Legord avait besoin de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcante Adahi
Maître de l'Ether
avatar

Messages : 675
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 25

Votre Personnage
Race: Elfe
Metier: Aucun
Bourse:
146/150  (146/150)

MessageSujet: Re: Attaquer au coeur du sujet...   Sam 17 Oct - 13:07

Il pouvait sentir l'immense colère de la créature emplir les bois jusqu'à étouffer toute vie. Les animaux, les plantes mêmes voyaient toute leur présence effacée par l'aura de haine qui les embaumait. Le mage attendait patiemment qu'elle sorte de sa cache, chose qui ne prit pas beaucoup de temps. Alors que les quelques sphères d'ether qu'il avait lancées se dissipaient dans l'air épais du bois, une voix puissant résonna entre les troncs centenaires qui composaient la forêt.

"De quel droit as tu fait ça?!"

Elle bondit sans attendre, atterrissant face à l'elfe qu'elle détailla sans gêne. Celui ci restait stoïque, sachant bien que, même si elle tentait une attaque, une Triclante ne faisait pas le poids face à la puissance du mage, il s'approcha de quelques pas, plongeant son regard dans celui de l'esprit.

"De quel droit vous êtes vous appropriez quelque chose qui ne vous appartient pas! Les gens meurent, que ce soit de vieillesse, de maladie, ou a cause d'un prédateur. C'est dans l'ordre des choses. Mais jamais ils ne reviennent a la vie. JAMAIS! C'est contre nature!"

« Je n'ai fais que rétablir un équilibre que vous avez détruit. Vous vous octroyez le droit de vie et de mort sur des êtres vivants. Vous déchargez votre haine sur des créatures physiques qui ne vous ont jamais rien fait. Vous êtes injuste et je n'ai fais que faire mon devoir. Je ne sais pas si ce que vous avez fait est commandité par votre invocateur ou si vous l'avez fait de votre propre chef. Mais je vous conseillerais de quitter les lieux rapidement. Cela se sent dans votre aura que l'invocateur qui vous a amenée ici est au bord de la mort. Chaque seconde vous hôte plus d'énergie, vous n'êtes plus connectée au monde des esprits, ainsi votre puissance décroit à chaque fois que vous en faites usage. »

Il baissa la tête, laissant s'échapper un long soupir, la lassitude pouvait se lire dans ses yeux.

« Je vous plain, créature impalpable. Vous les chimères, les esprits et les songes, vous n'existez qu'à moitié, votre existence ne tient qu'à un fil. Et chaque invocation est un prélude à la souffrance qui vous attend de l'autre côté. Condamnées à la violence éternelle, votre vie n'en est pas une. »

Il lâcha son sac, laissant le contenant s'écraser au sol. Se détournant de la créature, il marcha quelques pas vers l'un des arbres, observant les caravaniers se précipiter sur les trois jeunes enfants encore terrorisés par ce qu'ils venaient de vivre. Des vies marquées à jamais.

« Vous ne m'avez pas répondu. Que voulez vous ? Pourquoi faire tout cela ? »

( désolé petit post =D )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annarion.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attaquer au coeur du sujet...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attaquer au coeur du sujet...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» [résolu]Comment attaquer au combat pas au tour par tour.
» [Hors sujet] Humour.com
» Sora, ou l'élu au coeur pur
» Votre anime coup de coeur du moment !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Annarion : Renaissance :: Annarion :: Les Terres :: Evoe :: Les Cascades De L'aube-
Sauter vers: